rouage d’incendies

Puis il y’a ceux qui viennent vomir sur les souvenirs

Des refrains merveilleux, ils salissent le soupir.

D’inconvenance vulgaire, leur bave lourde prolifère

Détruisant les roses rouges du jardin d’avant guerre

Piétinées en pleine terre de lâcheté mortifère

D’actions de grâce finale à trahir la sublime

L’amour léger des corps devient dors et déchets

À l’encontre du muet souriant aux aguets

Comme si l’époque devait nettoyer la bêtise

Tel l’ignorant surfait de voler en pleine brise.

Ces mensonges s’enlisent de trahir la mémoire

De l’espoir grand plaisir au passé dérisoire

À ces chants passe-partout je préfère le mystère

Ils ont conduit l’erreur de guider mes chimères

Tel un viol en plein jour a fait perdre ton atours

Je n’chanterai plus pour toi les rêves fous d’autrefois

Amuse toi pirate de voler l’esprit d’autres

Car un soleil viendra te sortir de ta tombe

Et quand l’immense honte planera sur ta tête

Peut être qu’un jour j’ouvrirai la fenêtre

Pour danser avec toi au trépas des champs d’or

Si le feu des garrigues laisse nos arbres aux trésors.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close