pro-fan-e

La liberté, c’est comme le bonheur, il faut aller les chercher ou savoir les débusquer au plus plus profond de son Etre. Car ils se cachent presque religieusement. Et nous n’avons jamais appris à regarder à l’intérieur de nous. Aucun des deux ne se présentera jamais spontanément à la porte, tels de fabuleux cadeaux offerts par une instance suprême, comme offre de bienvenue dans le monde réel.

C’est ainsi, que -ni par un beau matin d’hiver ou de printemps- construire sa liberté ne devrait s’envisager comme une théologie à étudier. Il suffit juste de trouver les failles d’un système capitaliste usé. Puis de s’en saisir. Une fois une telle démarche enclenchée, parvenir à atteindre ces deux biens divins permet de s’élever à leur superbe.

Les atteindre tous les deux conjointement ne serait-il finalement qu’une effective reconnaissance du travail accompli sur soi même ? Je les considère ainsi, bonheur et liberté à foison. Le rêve et l’imagination au profit de la réalisation et de la connaissance de son Moi.

Devenir -être- libre partout et s’en réjouir.

Car les choix et les rencontres permettent de tracer le chemin. Savoir à quoi nous choisissons de donner de l’importance ou pas. La réussite, le pouvoir, l’argent, le sexe, la famille quel est le moteur ? Quel modèle de vie choisir ? L’a t-on choisi pour moi, ou bien me suis-je scrupuleusement échappée du moule duquel on voulait me faire prendre forme ? Et tout mettre en œuvre pour y parvenir. Ou apprendre à se placer promptement.

Seule la santé parvient à remettre en cause l’intégrité de ces choix.

Sortir de cette société capitaliste n’implique guère qu’il faille confier la totalité de ses actions et opinions à dieu, ou à la religion plus généralement. Nous sommes les seuls maîtres de notre devenir. Chacun ayant un rapport à la liberté ou au bonheur, différent de ceux de son voisin lambda.

Consommer, surconsommer, dépenser, utiliser, jeter. Le problème est que la majeure partie des peuples occidentaux s’est retrouvée -reconnue même- dans ces politiques et mouvements sociétaux. Elle s’en est même accommodé, faisant preuve d’opposition franche à l’évolution. Mais au jour le jour, que se passe t-il ? Des moutons, des troupeaux, des indifférenciés où le premier qui ose faire preuve d’originalité se retrouve conspué.

Ainsi, s’opposer aux diverses hiérarchies et doctrines communautaires invoquerait ouvertement sa complète résistance face à des signes de progrès qui n’en seraient pas. Tels des leurres flamboyants. Où se situe la rébellion de nos ancêtres ?

Suivre le chemin tracé devrait pourtant toujours être en divergence avec nos privilèges. L’évolution, la séduction, la joie ou le partage en analogie à cet état d’être.

C’est l’instinct de survie qui construit. Intimement lié à la réflexion, ils bâtissent, ensemble, la plus grande partie du bonheur dont il s’agit.

Car le bonheur c’est quoi, outre la réalisation suprême de son bien être ? La gloire, le pouvoir, la richesse, l’amour, le plaisir. Chacun trouve le sien en liaison avec son époque, son environnement, son cercle familial. Le sien n’est pas forcement le mien. Et vice versa. Le leur est complètement différent du mien. Et heureusement. Merci l’individualité.

Comme une fleur sauvage, une ronce, une ortie, une punaise ou un cafard certains diront. Une fourmi plutôt. Si un obstacle bloque le chemin, le contourner permet d’ avancer. Accéder à cette plénitude absolue, bien différente aujourd’hui de celle que j’avais envisagé à 15 ans, m’a permis d’atteindre cette sagesse.

Veillant à ne pas tomber dans les répétitions du lynchage psychologique ou physique, la finalité de la route trouve toujours le point d’air pour s’en sortir. C’est aussi pour cela que j’aime ma concubine. C’est grâce à elle tout ça. Elle m’a donné le temps de réfléchir sur mon avenir. Professeur, lorsque l’on accepte sa condition, être seul n’est jamais possible réellement. On vit déjà à deux.

Combien de Burn out, dépressions, viols, abandons avant de se réveiller ? Avant qu’il ne soit trop tard. Presqu’un an et demi après le début de la crise sanitaire qui nous tient, l’administration fiscale continue d’essorer ma trésorerie.

Outrageux, offensant, débile et déplorable. Ceci prouve bien que nous sommes de simples numéros inscrits en haut d’une fiche technique incompréhensible. Mais ils ne nous connaissent pas. Si je clos cette activité que j’aurais mis plus de vingt ans à échafauder, serait-ce faire preuve de faiblesse ? Ou bien est il plutôt possible de déplacer ce mouvement ailleurs. Créer autre chose. Se renouveler, encore et encore. Quelqu’un m’a dit que j’avais le droit de me reposer maintenant, cette notion -toute relative- est contraire à la bienséance vu que je refuse le protocole.

Telle une fourmi capable de porter jusqu’à 1000 fois son poids, gérer et assurer le ravitaillement de la colonie demeure mon seul objectif. Dans la fourmilière que représente le cerveau, ceux qui aident à avancer restent ancrés: réflexion, descendance et santé. Le reste importe peu. Unique idéologie. Inutile de prier. Et ne jamais mettre genoux à terre.

Parce que se faufiler permet d’éviter de tomber. Certainement une démarche un poil masochiste, mais sinon quoi ? Se laisser piétiner ?

Tout se termine où tout commence. Hâte d’être l’année prochaine. Lorsque l’on n’a aucune attache, on donne une valeur différente aux choses.

Les échéances permettent, au moins, de choisir les lieux sacrés où les pierres doivent être posées. Tout ne tient parfois qu’à un fil.

Je devais être un animal dans une vie antérieure. Ils me fascinent pour ça.

Alors, oui le bonheur se trouve à chaque coin de rue, suffit juste de savoir le reconnaitre. L’apprécier, l’encenser et ne pas le laisser s’envoler. Il est un oiseau, une odeur, un son, une sensation, un effleurement, un souffle d’air ou un rayon de soleil, la minuscule fourmi ou la sale punaise, une toute petite pâquerette qui laisse ses pétales s’ouvrir au soleil ou un lys merveilleux qui prône au centre du bouquet.

Liberté et bonheur sont bien là devant nous, presqu’à nos pieds. Nos yeux n’ont qu’à mieux regarder. Mais peut être suis je naïvement dans l’ultime contemplation. Ou bien ne serait-ce que faire preuve de sagesse ?

Et monsieur Lanvin, parce que j’aime ce saltimbanque depuis toujours.

https://www.tf1.fr/tf1/sept-a-huit/videos/gerard-lanvin-coups-de-gueule-14442631.html

Rob Moses Photography

This Camera Life

Handicap Action -le blog

Mon handicap n'est pas une excuse!

Ma beauté chimique

Quand la beauté se mêle à la chimie ...

Tous mes pas perdus...

Écrire mais pas sur des rails. Écrire mais pas que...

Stopmanipulation

Vous pouvez sortir de l'emprise des manipulateurs....

saania2806.wordpress.com/

Philosophy is all about being curious, asking basic questions. And it can be fun!

.:Vienna BliBlaBlub:.

fleeting glimpse of this in that, vienna, austria - europe

Parallèles Potentiels & Urbanités

Inspirations voyageuses, urbaines, artistiques, oubli de soi, transcendance : vaste programme !

Physique chimie facile

Apprendre les sciences , ne suffit pas de connaitre des connaissances , mais connaitre les méthodes et les valeurs qui nous permettre d approprier les sciences et de les appliquer l ce site contient des leçons des exercices et des devoirs d'un genre nouveau pour les élèves du cycle qualifiant marocain , pour les aider à réussir leurs scolarités dans les meilleurs conditions. Le site comprend aussi un blog riche en articles pour approfondir la connaissane général des apprenants, en psychologie , la culture scientifique . sport et éfucation, santé , mode , chimie, physique, math , cuisine , les jus et les boissons, environement, animaux, . . . ,pour consulter ses sujets , aller vers le bas de la page et chisisser la catégorie qui vous convient

GreyStone Cottage Location Gite Lioran Laveissière Cantal Auvergne-Rhône-Alpes France

GreyStone Cottage, une authentique maison auvergnate au pied du plus grand volcan d'Europe, pour un week-end au ski au Lioran ou des vacances en randonnée sur le GR® 400 vers le Puy Mary, grand site national.

l'espace littéraire de La Page et la chambre

Les ateliers d'écriture - Nîmes

A travers une passoire

Voir la vie à travers la sclérose en plaques

O MAX NAT' !

"Bien être en tout genre"... Être beau et bien dans ses pompes naturellement !

Mes petits loisirs

Couture, tricot, lecture, écologie, voyages virtuels...

C.N.P.E.R.T.

Centre National de Prévention, d Etudes et de Recherches en Toxicomanies

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close