majeurs en lice

On écrit, on raconte une vie,

explose les rêves, ri ta souffrance

à elles à lui mais sinon qui ?

à ceux qui entendent et qui pansent.

Sans faux semblants ton harmonie,

sans faire valoir vit cet espace .

Pour témoigner c’est juste une vie,

tiens et miens doux pis et embrasse.

Comme une prière au grand regain,

pour ceux qui ont les ailes coupées,

toujours plus haut, telle une piété,

démons cernés et camisoles.

Les anges rayonnent gardent nos pelices,

glisseront en bouche une réglisse.

Pour nos cœurs morts les barbelés,

couper les chaînes et s’envoler.

Ils soigneront tes mains blessées,

Elle apaisera nos yeux troublés.

Étrange inflammation que là,

Misère d’amour mais sous tes pas.

Demain la plante en infusion,

soufflera des parfums de bien

des délivrances et ton chemin

regarde loin on vole déjà.

Chante et combat hait ce tournoi,

les horizons se joignent encore.

Les mots les notes dans leur calice,

scintillent toujours vers les émois .


%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close