liberté

Elle nous apparait dès l’enfance, grandiose et pleine de promesses en devenir, comme tant de cadeaux offerts, de souhaits juste prêts à être réalisés. D’un simple claquement de doigts. Facile et docile, telle une envie accessible à portée de mains. Elle nous pose quelques questions, initialement, dans la parfaite réalisation de son état, puis l’évidence prends le dessus. Elle a l’air familière et atteignable bien que, pas tout de suite. Puis on grandit, avec le souhait universel d’une émancipation douce et rapide. Nous narguant déjà depuis plusieurs années maintenant, son souffle ose venir nous rafraichir de manière régulière et constante. Comment l’apprivoiser, du moins parvenir à faire corps avec elle sans qu’elle s’enfuie dans une incompréhensible inaccessibilité. Liberté.

Devenus adultes, ta route -qui semblait longue et démesurée- quant à ce projet de réalisation perceptible; devient cohérente. On s’aperçoit dès lors, que tu peux ouvrir toutes les portes d’une vie meilleure, dans la joie et le bonheur; sans aucune réserve. Mais tu offres tellement de chemins qui permettent d’accéder à ton plein accomplissement, que le choix en devient cornélien. Par l’argent, le travail, la famille, la santé, les enfants, la reconnaissance, le pouvoir. Chacun cherche la sienne de quelque manière que ce soit. Te construis-tu vraiment telle une donnée fixe et parfaite, ou te manifestes-tu dans le ressenti de chaque être ? Dans chacun de nos actes ou dans chacune de nos décisions, on se rend compte que tu ne peux te réaliser complètement qu’après un travail effectif profond sur son propre environnement personnel.

Généralement construite en binôme avec la sagesse, te suffis-tu à toi même ou bien prends tu ta forme complète sous couvert de l’autonomie individuelle ?

Penser. Se réaliser. Partager. Lorsque l’on semble y arriver, tout parait possible, lire trop de livres sur la philosophie de la vie et le bonheur, sur l’utopie, et l’illusion peut aider. Qu’en reste t-il ? Tout est là, dans les fondations de base. Agir plutôt que subir. Monsieur Sartre, je ne m’en remets pas, devenir le propre acteur des évènements de sa vie, œuvrer pour réaliser son destin, plutôt que de le subir, cette simplicité en devient déconcertante. Certains pensent qu’au niveau biologique, la liberté pourrait se concevoir dans la parfaite santé de l’organisme vivant, impliquant un emprisonnement de celui-ci s’il est infecté, ou malade. Mais non, de par les propres choix de l’individu, il mets tout en œuvre afin de prendre l’entière responsabilité de ses actes, ses choix, sa guérison, son envol.

2ème IRM positive, enfin négative, tout dépends de la place que l’on prends et d’où l’on regarde. Stabilisée, ce n’est pas insolite, juste fabuleux. Travail personnel, tissus cicatriciels consolidés. Foncièrement persuadée que le cérébral prend toujours le dessus face au physique. Preuve est faite. La balle est dans mon camps cette fois-ci jolie concubine !!!

 «L’homme est non seulement libre – l’homme est la liberté». «Nous sommes seuls, sans excuses. C’est ce que je veux dire quand je dis l’homme est condamné à être libre. Condamné, parce qu’il ne s’est pas créé lui-même, et encore néanmoins la liberté, et à partir du moment où il est jeté dans ce monde il est responsable de tout ce qu’il fait »

Jean Paul Sartre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close