locomotive

Heureusement qu’il était là, l’intense feu d’étoiles en déflagration. Comme autant de comètes tombées du ciel, juste pour venir s’exploser dans ma bouche. Je le savais, j’avais prévu son arrivée, je l’attendais. Sa fluidité m’a fortifiée, son goût originel m’a préparée. Ma jolie concubine l’a détesté.

Comme prévu, certains termes ont été abordés, d’autres largement ignorés, mais de nouvelles valeurs de sont imposées. Le champagne et la musique m’ont bien aidé à porter attention à chaque détail. Tout en douceur, et avec le sourire, un nouveau Noël sous le signe de l’achèvement. C’est devenu une épreuve, mais je le savais. Cloisonner certains sujets m’a été imposé, d’autres abordés, ont conforté ma position. L’amour, et l’ensemble de ses affiliés, partis en désuétude, sont bien restés cachés; l’argent, au même titre que la maladie, presque par évidence, ont promptement été ignorés, et finalement, il a fallu que je jongle avec les couleurs flashy que j’avais en ma possession. Le travail et l’avenir, l’espoir. Malheureusement, j’ai mal été servie à cette partie, puisque les cartes que j’avais entre les mains se prénommaient cancer, EPHAD et famille.

Redoubler d’attention quant au choix des mots, et la douceur du discours tenu, m’a demandé une vigilance minutée. Je sentais la pression se déployer le long de ma jambe et le sang circulait extrêmement vite dans la constance du flux de mes veines. Mon fils, attentif et quasi silencieux, s’est avéré un allié de taille en choisissant les sons adéquat qui m’ont porté dans l’éloquence du discours. Parler de transmission, de fin de vie, ou de la mort avec ses parents n’est jamais intuitif. Alors, déployant toute la brillance et la radiance lumineuse des couleurs dans mon stock, je me suis autorisée à défier leurs peurs et leur chagrin. Pas beaucoup de rires à la fin, mais aucune tristesse. Pourquoi ne pas capitonner les tiroirs de ceux qu’on aime, tant qu’à faire ?

Utiliser son expérience de vie au profit de la sérénité des anciens, offre au cœur une vision d’aquarelle. Encore naïve, une nouvelle fois, j’avais oublié que seuls les plus âgés font preuve d’une réelle expertise. 80 ans, 2 pays, 2 mariages, 4 descendants, 1 amour, 1 vie. Grrrr je déteste les chiffres. Ils avaient même prévu de me ramener mes photos d’avant (en prenant soin d’en brûler certaines lol). Se revoir bébé, enfant, mon frère, mes amis, l’école, le lycée, Paris, Italie, New York. La transmission. Le voyage. La locomotive. La gare. Terminal. La roue. Tourne ma jolie. Jamais de marche arrière. Straight on.

Des étoiles et des papillons. De l’air.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close