jamais d’aquaplaning

Devrait on être étonné lorsque le sentiment de plénitude vous envahi enfin, ou bien devons nous simplement nous féliciter des premiers résultats de longs mois, années de travail acharné ? Je me pose réellement la question, c’est l’histoire de la roue qui tourne, celle dont j’ai parlé maintes et maintes fois. Ne serait il pas normal, juste, de pouvoir profiter et récolter les fruits des semences passées ? Et « Dieu » sait que j’ai planté toutes sortes de graines, de fleurs, de végétaux, fougères, fruitiers, arbres, persistants, caduques……dans l’espoir de voir éclore les premiers bourgeons. Beaucoup ont pourris, moisis, noyés ou desséchés sur place et ce , quelque fut la terre utilisée. Quel désespoir. Mais je suis quelqu’un de persévérant. Avec l’aide de tuteurs sincèrement attentifs -merci ma chère sophrologue, et ma super pote- j’ai continué à arroser, chaque saison, chaque nouvelle année, chaque nouvelle graine. Et j’y suis arrivé.

Non pas que je puisse affirmer joyeusement que je sois guérie, puisqu’au jour d’aujourd’hui, ce n’est foncièrement pas envisageable; mais juste que je suis sereine. Mes dernières séances chez l’ostéopathe m’ont complètement recadré les derniers neurones récalcitrants. Bien que je perdure à m’enfoncer dans une phase cauchemardesque de films nocturnes, ceux ci sont très représentatifs de mon état d’esprit global. Je vous raconte les 2 derniers, explicites: j ‘étais en promenade, avec des amis et mes jambes ont commencé à se dérober sous moi, à devenir inexistantes, mon corps tout entier voulait avancer mais les jambes ne suivaient pas. Frustrant, comme littéralement amputée. Mes amis m’ont conduit à l’hôpital le plus proche, et là , une équipe de chercheurs commença à pratiquer une multitudes de tests de sensibilité. Vous savez, comme ceux que le médecin généraliste pratique pour voir votre réactivité en cabinet (frapper avec son marteau à reflexes les articulations des bras et des jambes pour voir votre réactivité). Sauf que dans mon rêve, les jambes se refusaient à réagir, restant rigides et froides comme de la pierre. Alors, ne croyant pas eux même à mon immobilisme, ils décidèrent de me jeter un tas de choses violentes sur les tibias. Je me souvient, dans l’ordre, avoir reçu, une plaque de plomb, je ne bougeais pas, une planche de faquir lestée, rien ne réagissait, je ne m’en étonnais même pas. Quelqu’un me regardait impassible et quelque peu désabusé (je ne me souviens pas de qui c’était). On attendait le prochain choc, l’un des médecin, après avoir relu mon dossier médical, décida de me balancer une trombe d’eau glacée sur la demie partie basse de mon corps inerte, et là, un sursaut ; l’eau qui me manque tant depuis des semaines d’interdiction de pratiquer la natation, me ramenait enfin à la vie. Je n’étais pas encore devenue la femme handicapée que certaines personnes voudrait voir déambuler dans les rues.

Et la nuit dernière, je roulais avec des amis en montagne, tout allait bien, lorsque je perdis le contrôle de mon véhicule. Les jambes encore une fois, ne répondaient plus à l’ordre que je leur donnais de conduire. Il se passa ce qu’il se passe systématiquement dans ces cas là: la voiture sortit de la route, fractura les rambardes qui étaient censées protéger d’un éventuel accident et nous devions tomber dans le ravin. Sauf que j’ai continué à jouer avec les pédales de frein et d’accélération, et nous avons fini par voler. Je contrôlais toujours le volant de la voiture comme si nous étions encore en pleine route, et je me suis vu piloter cette satanée voiture comme un avion de ligne. Je vous expliquerais certainement un jour la signification profonde, intime de ces rêves. Mais pas maintenant. Le but était de pouvoir faire atterrir ce nouvel objet volant . Et j’y ai réussi. Un peu en quinconce j’avoue, mais nous étions sur la terre ferme, sains et saufs. Quelle bataille, quelle victoire, encore une. Cela voudrait donc dire que chaque action que nous entreprenons au quotidien engendre des conséquences pour l’autre et pour soi même. S’il n’est guère l’heure de philosopher, j’en reviens, encore une fois, sur nos histoires de choix et de bienveillance. Si chacun prends soin de soi et de son prochain, il y a de fortes chances pour que nous puissions avancer en bonne intelligence, voire même en connivence, qui sait ?

C’est encore une histoire d’écoute, mais plus que de faire agir ses propres oreilles, regardons et ressentons. Ce qui n’est pas dit est quelquefois plus impliquant que ce qui est avoué. Je me suis fait un après midi de jazz (free et fusion), 6 heures non stop, accompagné par un musicien semi professionnel, et on s’est dit, que, oui, dans un morceau, il y a toujours refrain, couplet, pont,……., les basiques de la musique; mais que -quand bien même il n’y ait pas de paroles- chaque musique vous propose une histoire, à nous de nous construire la notre, au même titre qu’un livre l’offre plus qu’un film. Mais c’est très personnel. Ce qui compte c’est de le rêver dans sa tête puis de le vivre pour de vrai. C’est complètement réalisable. Même s’il manque des accessoires, nous conviendrons qu’ils étaient superflus. SEP ou pas, handicapé ou pas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close