gipsy

C’est un peu étrange cette situation de stand bye. Dans l’attente de savoir à quelle sauce on va être mangé et subissant malgré tout les répercutions de la crise actuelle. J’ai parlé avec un ami hier qui me disait que, comme moi, nous ne nous laisserons pas happer par le contexte anxiogène actuel. Cette crise du covid peut bien être orchestrée ou mal gérée, elle n’en demeure pas moins étouffante. Chacun est concerné, les jeunes, les vieux, les personnes à risque ainsi que les biens portant, mais pourquoi devrions nous nous laisser berner? Un peu de bon sens ne serait il pas plus raisonnable ? Pensez à vous mais, pour une fois encore, pensez à nous. Il n’en fallait effectivement pas plus pour être impactée. Je n’ai absolument rien fait depuis deux jours, mais pourtant je reste immobilisée. Pffff j’attends toujours un retour affirmatif pour ma dernière mission de création, pas de sport depuis mardi et malgré tout, dans les prémices d’une poussée imminente.

Quelle catastrophe, pourquoi doit on être impliqué à des évènement indépendants de notre volonté, j’avais parlé l’autre fois de stoïcisme mais là, ça me dépasse. Surtout qu’aujourd’hui, j’ai encore 2 rendez vous importants, ça tombe mal. Je me suis recouchée ce matin pour le coup et ça m’a fait comme d’habitude, écouter le bruit de la vie au dehors et se sentir froide, immobile et amorphe. Insupportable SEP. La moindre chose à faire le long du déroulé de la journée me semble une montagne à escalader. De la douche à l’habillage, puis du choix de chaussures -me garantissant une stabilité correcte- au timing à prévoir; afin de faire rentrer mes 2 évènements -minimes- dans une fourchette de temps allant de 16h à 23h (prise d’essence, gestion des enfants, anticipation des embouteillages, caractère sournois de mon fils…..). Je me noie dans un verre d’eau. La simple broutille pour un humain lambda prendra rapidement des tournures de marathon, je pourrais me laisser vaciller vers la honte des fois: de « ci peu » transformé en « tellement trop ». J’ai tellement hâte de retrouver ceux à qui je tiens, laisser mon cœur battre la chamade des retrouvailles, depuis le temps, si longtemps. Comme je leur disait ce matin, l’attente a cette chose de positif , dans son insolvabilité, elle devient grisante. Qui a réellement changé ? Attendre comme une enfant attendrait l’arrivée du père noël, la surprise du restaurant choisit, et se laisser porter. Ca fait si longtemps qu’on ne s’est pas vu……..je crois que j’ai complètement oublié ces sensations essentielles de vie, de joie, d’envie. Ne jamais se laisser abattre, la roue tourne.

Le soleil vient toujours après la pluie.

3 réflexions sur « gipsy »

  1. Nina,
    Je connais mal la SEP mais trop bien la douleur physique malheureusement. Comme tu le dis, « ne jamais se laisser abattre, la roue tourne ». Il y a des jours où j’ai l’impression que rien est possible parce que la douleur est de nouveau présente… mais je sais que je l’ai déjà tenue à distance et que demain est possible. C’est ça l’espoir ! Ne pas lâcher. Et heureusement, il y a des personnes, des professionnelles qui savent accompagner. Oui, ne jamais se laisser abattre.
    Amitiés
    John

    J'aime

    1. oui, continuer à se battre, encore et toujours (-:

      Aimé par 1 personne

      1. Oui Nina. « L’espoir et la confiance : le même bien, la même force. »

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close