pincée

De sel, d’air pur, d’amour, d’humour, d’attention, de bonheur, de modernité…feraient que la vie aurait un goût plus savoureux ou simplement plus vif.

Là je parle maintenant de nos corps et non point de nos cœurs. Après une cession enivrante de sport hier matin, je rentre avec cette fierté qui se manifeste d’avoir passé un nouveau cap dans mes entraînements : 1 palier supérieur en biking. Du niveau 5 il y a 6 mois, j’arrive dorénavant à 9 plus aisément dans le même laps de temps. Super, 14 km en 20 minutes. Ça me rassure sur mes capacités d’adaptation et d’évolution. Je termine ma cession de pilâtes sans peine. Puis je rentre me doucher. Et puis quoi ?

Jolie robe, tranquille, y’a match ce soir, mon fils est euphorique. Et le second très souriant de son départ mercredi. Je me brosse les dents et là je sens un nerf se bloquer en me regardant dans le miroir. Rien, juste un léger coincement en bas du dos. Je reprends le court de ma toilette. Et tout s’accélère. Je n’arrive plus à me redresser, je peine à marcher, m’asseoir est un calvaire, m’allonger une décharge électrique, dormir impossible. Nous y voilà.

En pleine insomnie j’en reviens à l’origine de nos maux. Je déteste me contredire alors je me sens obligée de réfléchir à l’origine profonde de ceux-ci. J’ai toujours voulu argumenter sur le fait que ce soit la tête qui commande le corps. Mais la je me sens illusoire. Ma tête demande à mon dos de se redresser mais lui l’ignore. La dernière fois que j’ai eu aussi mal, je vous l’avoue, paradoxalement, c’est la dernière fois où l’on m’a fait l’amour passionnément. Je ne vous dirais pas quand. C’était y a longtemps, pas tant, trop quand même. Vous savez, ces moments où vous serrez tellement fort le corps de l’autre que les épaules s’imprègnent les unes aux autres. Où les cous se tendent d’offrir une plus longue surface à embrasser et où les dos s’allongent d’espace à caresser. La jouissance est une épreuve, un cadeau mais aussi une douleur corporelle et psychique mêlées. Aïe. Vous aimez mais vous souffrez de toute façons à un moment donné.

Je ne souhaite jamais faire d’amalgames mais je me rassure moi sur mon être. Tant que je resterai cohérente avec moi même, tout ira pour le mieux, la folie n’aura qu’à se rhabiller. Que s’est il passé vraiment ? Mes deux amours partis bientôt n’auraient pas plus de pouvoir sur moi que la place qu’ils prennent dans ma vie. Tout va bien, rien de grave, ce n’est que temporaire et largement gérable dans le temps. Mais voilà, malgré tous mes efforts, leur départ m’impacte profondément. Inconsciemment. Ou pas.

Depuis le début de semaine, ma main gauche subissait des fourmillements incandescents, hier mon dos de bloque engendrant l’insensibilité grandissante de mon bras et de ma jambe droits. Comment peut-on affirmer que c’est le corps qui décide de nos capacités ? Ne doit t’on pas plutôt affirmer et argumenter dans le sens que c’est bel et bien nos petits cerveaux qui ont le pouvoir absolu sur nos corps ? Je sais que tout va bien se passer, que ce n’est qu’une période transitoire. J’argumente régulièrement sur les épreuves à passer dans une vie pour l’atteinte du bonheur. Alors, pourquoi devrais je déroger à mon argumentation ?

Réveille toi madame. Prends sur toi maintenant, réagit et bât toi une nouvelle fois, c’est encore une pierre à l’édifice de la vie, une nouvelle maille à tisser, un nouveau cailloux sur le chemin de la sagesse. La vie quoi. Purée, faut prendre les devants, affronter, ne jamais baisser les bras, combattre encore pour passer cette nouvelle étape. Je garde en tête les quelques mots, justes, de ceux qui ont la même sensibilité que moi. Hyper ?

On est jeunes, on écoute, on entend, on vibre et on regarde. C’est la vie, ne reste plus qu’à danser et jouer les notes. Juste un antidouleur pour m’aider à dormir quelques heures, le soleil est en train de se lever.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close