podium

« La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer ». Antoine de Saint-Exupéry.

Je ne sais pas d’où vient cette idée insensée de vouloir être parfaite à chaque fois, dans tout ce que je fais, tout ce que j’entreprends? Depuis toute petite déjà, les fondations et les valeurs familiales certainement. Ça reste -en grandissant- ce que l’on vous enseigne enfant. Les joies, les bonheurs, les désagréments, les remarques, les sons, les gestes, les mots. les paysages. Alors, lorsque l’on vous apprends que vous êtes atteint de sclérose en plaques, l’ensemble des initiatives que vous aviez commencer à entreprendre tombent à l’eau. Comme un rocher qui se décroche d’une falaise. De façon sèche et vive. L’immédiateté de l’instant. Tout s’effondre. Les années d’études, les efforts sportifs, les reconnaissances de part et d’autre, les minutes passées à s’abreuver de connaissances. Les jours défilants pour atteindre la plénitude de son être. Gagner assez d’argent pour devenir indépendant, seul maître de ses réflexions et de ses actes. La liberté, le bonheur. Patatras. Tout s’effondre d’un coup, 1 tout petit instant qui va chambouler l’intégralité du reste de votre vie.

Je crois que c’est pour ça que j’aime les petits cailloux, le sable. Le grand fini tout petit, par l’érosion du vent, les années passées frottant, glissant dessus. Mais c’est ce qui est beau finalement, le sable fin. Ma vie elle est un peu comme une falaise, tu construis tes fondations petit à petit durant ton enfance, tu est presque arrivé en haut de ton tas de cailloux, c’est un joli monticule qui est là maintenant…….et puis, arrive une rafale de vent, une bourrasque même, qui souffle tout. Tu redeviens petit caillou. Tout ça pour ça je me dis souvent. Eh oui, tout ça pour en arriver là. J’ai revu mes diplômes ce matin en cherchant des papiers pour l’administration. Ça m’a troublé. Ecrire me permets de désamorcer. Ou peut être est ce le MANTADIX qui fait des siennes. Je me dis que -si je n’avais pas effectué tout ce cheminement là- je n’en serais jamais arrivée là. Comme je l’ai exposé plus d’une fois ici, j’ai la chance d’avoir pu réaliser plusieurs de mes rêves. Monter mon entreprise, travailler en libéral, gérer mon emploi du temps, avoir mes enfants à coté de moi. Avoir gagné assez d’argent durant la première moitié de ma vie, pour ne plus avoir à m’en soucier. Etre devenue totalement libre de mes actes. Prendre le temps d’aimer vraiment ceux qui en valent la peine. Ignorer les autres. Sourire. Meme si j’ai mal et que je ne peut plus courir (de toutes façons, j’ai jamais aimé courir). Seules les balades en vélo me manquent, c’est dérisoire.

Alors, oui, aujourd’hui je pense que je peux largement affirmer que je suis contente d’avoir à héberger cette jolie concubine qu’est la SEP. Parce qu’hormis la fatigue, on est parvenues à s’entendre super bien toutes les deux. Elle connais mes envies, m’impose ces limites, mais elle prends soin de moi si je la soigne à mon tour. C’est donnant donnant. Et ce rapport d’individualité recomposée est plutôt pleinement satisfaisant. C’est un travail de longue haleine, j’en conviens, d’avoir à prendre soin de soi, mais les résultats sont visibles peu de temps après. Avec, en plus, un bonus bien être indéniable (réapprendre à manger, se mouvoir, se muscler, se déplacer, dormir…..). Et se reconstruire……Un rocher.

https://dicophilo.fr/definition/individu/


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close