gonflé

Mercredi 27 mai, milieu du printemps, en attente de l’arrivée de l’été. Selon le lieu ou l’on habite, les jours commencent à être chauds et bienveillants. Presque rassurants face à un hiver aux nuits trop longues, que l’on trouve toujours interminable et déprimant. Nous sommes déconfinés depuis maintenant 2 semaines et la vie à repris son cour, presque normal. Ça galope de gauche à droite avec le balai incessant d’automobiles qui poursuivent leur cheminement vers une destruction massive de l’environnement. Moi, comme tous les autres, j’ai repris gout à humer un air différent que celui de mon appartement, tranquillement et paisiblement, mais un peu dépourvue de ne pouvoir faire face à la conjoncture actuelle qui se trame.

Ça me parait arriver gros comme une maison: un nouvel ordre mondial, une nouvelle façon de construire, s’épanouir, se déplacer. En bien normalement, en mal apparemment. Pour quelqu’un qui a une sclérose en plaques, avoir à gérer la problématique de la chaleur est un questionnement permanent. Plutôt paradoxal lorsque l’on connait les bienfaits de la vitamine D sur le système immunitaire

« Vitamine D : une arme efficace contre la sclérose en plaques ?

De la vitamine D pour lutter contre la sclérose en plaques ?

La vitamine D est bonne pour les os mais pas seulement. La vitamine D est utile pour le cœur et pourrait peut-être même éviter certaines maladies comme la SEP.

La vitamine D aurait en effet un impact bénéfique sur notre système immunitaire, elle préviendrait ainsi l’évolution de certaines maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques par exemple. À l’origine de cette hypothèse, un constat : les cas de sclérose en plaques étaient plus fréquents chez les populations qui ont de plus faibles concentrations en vitamine D ou une plus faible exposition aux ultraviolets.

Au CHU de Nîmes, on étudie l’intérêt d’une supplémentation en vitamine D chez des patients ayant vécu une première poussée de SEP.

Un essai thérapeutique est mené en parallèle dans 30 centres de référence. Le Dr Eric Thouvenot, neurologue au CHU de Nîmes, explique le protocole : « Chez les patients qui ont présenté une première poussée de SEP, on va doser la vitamine D dans le sang. Si elle est diminuée, si elle est inférieure à la normale et qu’il y a une insuffisance en vitamine D, on pourra proposer à ces patients d’être inclus dans le protocole. On va alors leur donner soit la vitamine D, soit le placebo« .

Les chercheurs partent de l’hypothèse qu’une supplémentation en vitamine D pourrait ralentir la progression de la maladie. En effet, chez les personnes atteintes de sclérose en plaques, certaines défenses immunitaires appelées lymphocytes se retournent contre l’organisme et détruisent la gaine de myéline qui entoure les nerfs. Cela crée des plaques visibles sur le cerveau à l’origine des symptômes de la maladie.

Lorsqu’un patient ingère une ampoule de vitamine D, celle-ci est absorbée dans l’intestin, elle circule dans le sang et peut alors agir sur toutes les cellules du corps en se fixant sur un récepteur spécifique. Dans le lymphocyte, la vitamine D accède au noyau de la cellule et modifie l’activité des gènes, réduisant ainsi les manifestations de la sclérose en plaques. « Cette hormone va modifier la transcription de plus de 200 gènes. Et parmi eux, de nombreux gènes sont impliqués dans l’immunité au sens large« , précise le Dr Eric Thouvenot.

Le principe de l’essai en double aveugle signifie que le médecin prescripteur ignore si sa patiente prend de la vitamine D ou un placebo. Pour être concluante, l’étude doit aussi inclure 316 patients suivis pendant deux ans. En France, près de 90.000 personnes sont atteintes de sclérose en plaques ».

https://www.allodocteurs.fr/alimentation/nutriments/vitamines/la-vitamine-d-une-vitamine-miracle_11465.html

Cette constatation avait déjà été expliquée au niveau mondial:

la SEP se développe davantage dans les pays nordistes que sudistes.

Soleil, mon ami.

A chaque fois, je suis obligée de constater le temps que je mets pour écrire un article. Plus jeune, je tartinais des pages et des pages de cahiers; dans chaque matière scolaire, histoire, français, philo; aujourd’hui, j’avoue que j’ai du mal à rester concentrée. Bon, la chaleur, bénéfique. A dose contrôlée. Quelques soucis familiaux ne font qu’accentuer la problématique. J’ai tenu un maximum de temps, aujourd’hui, la poussée est réelle. Sommeil en pointillés, sieste obligatoire, avant bras insensible et jambe en pression permanente. Heureusement que je n’ai pas à conduire. Cela va faire 2 jours, avec une évolution crescendo. Repos obligatoire mais quand vous n’êtes pas seule, comment se reposer réellement ? Les impératifs maternels.

Je crois, que même si cette situation persiste, je ne pourrais envisager de demander à recevoir des bolus de cortisone. Mais, ça ne me ressemble pas, aller jusqu’au bout. Tenir un maximum sans ça. En l’écrivant, j’ai l’impression d’être une pure droguée. Heeeeuuuuuu, donnez moi ma dose docteur. Beurk.

Sachant qu’à chaque fois, cela impose d être immobilisée complètement pendant une semaine. A l’hôpital ou à domicile. J’avoue honnêtement que je ne suis pas vraiment motivée pour reprendre 5 ou 6 kilos là maintenant. Je me dis que si je cède à mon corps à la moindre faiblesse, il me sera facile de baisser les bras à l’avenir. C’est quand même de la cortisone et je tiens encore debout, alors quoi, il faut se battre un peu quand même. J’ai lu un truc sur l’interactivité des éléments l’autre jour .https://fr.wikipedia.org/wiki/Interactivit%C3%A9. C’est comme toute problématique, et chaque médicament, il y a ce fameux rapport bénéfice risque qui reste impondérable. Vais je gagner en bien être quotidien de par ma dose de cortisone, sachant que ce n’est pas immuable…….ou vais je être déprimée d’avoir à rester immobilisée plusieurs jours avec plusieurs kilos à gérer sur le long terme ? Pas de cortisone encore cette fois là. Je marche. Je respire. J’aimerais juste vivre.

https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-emission-du-lundi-17-juin-2019

Alfred de Musset a dit:

Non, non, il n’en faut pas douter; qui a aimé ne vit plus sans amour.

La confession d’un enfant du siècle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close