et si…

…on considérait, à partir de maintenant, que nous avons été idiots, et que nous restons immanquablement aveugles et sourds ? Depuis l’évolutions de la race humaine, pouvons nous citer, inexorablement, un moment précis durant lequel l’être humain a fait preuve de sagesse ? Ce n’est pas si évident. Existent ils ? Au cœur d’une nouvelle pandémie, il semble s’avérer que, de toutes les précédentes, aucune n’ai jamais eu le pouvoir d’amener l’homme à raisonner.

Pour rappel, les grandes épidémies de l’Histoire

 – 08:00 par Infodujour

Le coronavirus chinois qui frappe la province de Wuhan nous rappelle que, de tout temps, des maladies contagieuses ont décimé les populations. Petit rappel des principales épidémies.

Bonaparte-pestiférés
Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa (11 mars 1799) œuvre d’Antoine-Jean Gros (1771–1835) [Wikimedia Commons]

Une épidémie (epi=au-dessus et demos = peuple) c’est l’apparition et la propagation d’une maladie infectieuse contagieuse qui frappe en même temps et en un même endroit un grand nombre de personnes, d’animaux (épizootie) ou de plantes (épiphytie). On parle régulièrement d’une épidémie de grippe. Si l’épidémie se répand sur une large zone géographique, on parle de pandémie (pan=tous). L’Histoire nous a laissé quelques traces de ces maladies infectieuses qui ont terrorisé les sociétés depuis la plus haute antiquité.

La lèpre est citée dans la Bible. Mais ce n’est pas une maladie de peau. C’est un châtiment divin. Le lépreux était écarté de la communauté car impur. Or Jésus va se rapprocher d’un lépreux et le guérit. Après avoir fait des ravages dans le monde gréco-romain, la lèpre réapparaît en Europe autour de l’an mil et provoque de grandes terreurs. Les lépreux sont isolés dans des maladreries, à l’extérieur des villes et des villages. Les lépreux, que l’on croyait possédés, devaient signaler leur présence en agitant de petites cloches. La lèpre a pratiquement disparu au 16ème siècle. Mais des foyers infectieux sont restés dans certaines zones géographiques. En 2016, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a recensé 216.108 cas dans le monde.

La peste est une maladie commune à l’homme et à l’animal. Elle est causée par le bacille Yersinia découvert par l’Institut Pasteur en 1894. L’épidémie, également évoquée dans l’Ancien Testament, a fait des ravages chez les Grecs et les Romains de l’antiquité. La peste antonine (entre 165 et 190) est sans doute l’épidémie la mieux documentée de l’époque antique. Certains scientifiques pensent qu’il s’agissait en réalité de la variole. En tout cas, l’épidémie est vraisemblablement à l’origine du déclin de l’empire romain d’occident.
Au Moyen-Age, la peste fait des dégâts considérables en Europe. La peste noire de 1347-1352 a fait environ 7 millions de morts en France (sur 17 millions pour l’ensemble de la population française). Il y a eu d’autres épidémies : Barcelone en 1590, Milan en 1630, Londres en 1665, Marseille en 1720 et la peste des chiffonniers à Paris en 1920. À l’époque moderne, l’Égypte, le Vietnam, l’Inde et Madagascar sont encore victimes de la peste.
Des maladies qui ont frappé d’autres espèces ont été appelées, abusivement « peste » comme la peste aviaire, la peste porcine….

La diphtérie est connue depuis l’antiquité. Due à Corynebacterium diphtheriae ou bacille de Löffler-Klebs, elle est susceptible de produire une toxine touchant d’abord les voies respiratoires supérieures, puis le cœur et le système nerveux périphérique. L’évolution épidémique sera enrayée par la vaccination en 1924. Mais la désagrégation du système soviétique, la non-vaccination, ont fait réapparaître la maladie depuis 1980. Une flambée épidémique a fait des milliers de morts, en 1994, en Russie et en Ukraine.


La syphilis, autrement appelée vérole [ne pas confondre avec la petite vérole ou variole], est une maladie sexuellement transmissible. Elle serait originaire des Amériques et aurait été importé en Europe après la conquête de Christophe Colomb. Elle apparaît donc au 16ème siècle. Le germe responsable de la Syphilis a été isolé en 1905. Mais il a fait des ravages inouïs au 19ème siècle. De nombreuses personnalités ont été contaminées comme Baudelaire, Maupassant, Daudet et bien d’autres. La syphilis a été éradiquée avec la découverte de la pénicilline en 1943.

Le choléra est une infection diarrhéique aiguë provoquée par l’ingestion d’aliments ou d’eau contaminés par le bacille Vibrio cholerae. Selon l’OMS, le choléra reste une menace pour la santé publique mondiale touchant essentiellement les populations pauvres. Selon les estimations, il y a chaque année 1,3 à 4 millions de cas de choléra, et 21 000 à 143 000 décès dus à la maladie dans le monde.


-La grippe est une maladie infectieuse fréquente et contagieuse provoquée par quatre types de virus : A, B, C et D. La grippe saisonnière (ou influenza) est composée de deux virus de souche A (généralement H1N1 et une H3N2) et d’un virus de souche B. Elle se traduit par un ensemble de symptômes associant fièvres, toux, pharyngite… La plupart du temps, la grippe disparaît au bout de quelques jours. Mais elle peut évoluer vers plusieurs types de complications, comme les pneumonies ou la déshydratation pouvant conduire à la mort de patients les plus fragiles. Chaque année, en France, la grippe est à l’origine de plusieurs centaines de décès.


La grippe espagnole qui a sévi en Europe entre 1918 et 1920 est due à une souche (H1N1) particulièrement virulente. Elle a fait 40 Millions de morts.

Le SIDA apparaît en 1981. Syndrome d’Immunodéficience acquise est consécutif à la destruction des cellules du système immunitaire par le VIH. Trasnmis par les fluides corporels, le Sida est une pandémie qui a causé la mort d’environ 32 millions de personnes, essentiellement en Asie et en Afrique.
-De nombreuses épidémies peuvent être citées comme le virus Ebola (en Afrique), l’hépatite C, le SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère dû au virus SARS-CoV) de la famille des coronavirus. Le chikungunya, maladie infectieuse tropicale transmis par les moustiques.

Aujourd’hui, malgré le nombre de morts croissant, nous semblons tellement désorientés, dépassés, n’avons nous toujours pas tiré les leçons de l’histoire passée ? Ironie de l’histoire, le confinement ou seul lui, permet de prendre conscience de orgiastique obsolescence de nos vies. Surconsommation, isolement, possession, absurdité, spéculation et irrévérence…….Sans rien, ou juste le stricte nécessaire, nous nous rendons compte maintenant de l’importance du vital. L’évidence propre, l’amour des siens , l’écoute, le partage, la solidarité et l’entraide. Pourquoi attendons nous d’être confrontés aux pires situations sanitaires avant de réagir ? et si nous avions simplement à reconsidérer notre mode de vie ainsi que les différents moyens possibles pour se mouvoir et intercéder avec les autres ?

Dans le cas des personnes déjà seules et en relation perpétuelle unique avec eux mêmes, rien ne change foncièrement. Peut être laisserions nous percer un semblant d’ironie face à l’étonnement des autres concernant la désertifications des rues, les rayons de supermarchés dévalisés, les non embrassades , l’écartement, l’individualisme finalement resurgissant à grand renfort d’excuses inappropriées. C’est de la faute des autres, on aime bien se rassurer en se disant que , finalement, on y peux rien, sauf que nous sommes seuls à l’origine de tous ces bouleversements. Par notre façon d’être et notre aveuglement égocentrique. Bien sur, les chinois et leur régime, et leur train de vie; les américains et leur régime, et leurs idéaux presqu’exécrables , les français et leur laxisme. Chacun se doit de trouver ses propres réponses. Personnellement ma dernière angoisse a été d’être certaine que mon traitement de fond ne serait pas en rupture d’approvisionnement. Un peu égoïste j’avoue, mais sans ces fameux médicaments, j’imagine la décadence. Un peu droguée quelque part. Mais sinon quoi, un bras immobilisé, une jambe qui se raidit, proprioception quasi nulle. Alors oui, chacun se doit de trouver les bonnes réponses à chacune de ces questions . Est ce que cette nouvelle épidémie va nous faire prendre conscience de l’urgence à modifier notre rythme. Au travail, avec sa famille, avec la vie animale et végétale, pour la planète et pour nous. Notre survie, la sienne et la leur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close