blanc et noir

Qu’est ce qu’il s’est passé ? Beaucoup de cadeaux, d’aller retour, pas mal de musique -encore- de la joie,des bonheurs simples et des rires d’enfants. Que peut t-on demander de plus ? Honnêtement, rien . Tout y était .

Depuis le 26 décembre, mes jambes sont en pression perpétuelle. J’ai retrouvé un rythme de sommeil très satisfaisant, comme une plénitude profonde, qui n’a rien à voir avec les quelques verres de très bon vin rouge qui ont mis du rouge à mes joues et un sourire franc à mes lèvres. Je ne me déplace que pour le stricte nécessaire. Mais je continue d’aller au sport régulièrement. J’adore mon appartement, il est grand et lumineux et je voie le soleil se lever et se coucher chaque jour. Mes enfants sont joyeux et j’adorerais pouvoir me balader avec eux afin de me laisser envahir par les lumières de la ville. Ils ne demandent rien, ils savent. Ils sont grands, ils commencent à construire leur petit bonhomme de chemin. Je ne leur refuse rien. Ils savent se montrer « conciliants »

Pour le jour de l’an, comme beaucoup d’autres personnes je pense, les choix étaient restreints. Ou se laisser enflammer par les copines guillerettes, aller boire et danser ou se poser, au calme et sereine, dans cette plénitude enfin retrouvée, seule face à moi même, j’ai adoré. Les garçons étaient partis en pleine fiesta, je pouvais enfin avoir à loisir de me laisser porter par le sucre d’un très bon vin. Franchement sans aucune amertume ni tristesse. Je connais mon corps maintenant, lui et moi formons le couple le plus indestructible qui soit. Même la SEP s’est liée d’amitié avec nous. Si nous parlions de sexe, nous pourrions dire que nous avons mis en place un triolisme des plus glamour de sa génération (-:

Quelquefois, je me surprends à penser que je suis devenue blasée de tout: chaque chose et l’ensemble des choses qui m’entourent: cuisiner, lire un livre, jouer avec mes enfants, regarder la télévision, m’habiller, me coiffer….tout me soûle. Et je me moque de pas mal de choses. Peut être parce que je dois passer un nouvel IRM la semaine prochaine et je sais d’ores et déjà que les résultats ne seront pas bons. Finalement j’en suis arrivée à attendre mon rdv avec ma neurologue, comme une cerise sur mon gâteau.

J’adore cette femme, très compétente et vraiment très explicite dans les propos qu’elle tien, je crois qu’avec elle, grâce à elle même, la SEP est devenue mon alliée de jeu. Je sais que si je fais des bêtises, mon corps va nous gronder comme une mère le ferait avec ses enfants. Ou si nous avons décidé toutes les deux de « forcer » mon corps à suive nos envies, il va se mettre en colère et nous le faire payer cher. Je sais, des fois ça me fait rire, parce que c’est immédiat, et il n’y a JAMAIS aucune excuse.

Souvent nous le provoquons exprès pour nous sentir vivants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close