Joyeuse SEP !!!

Dimanche 22 décembre, J-2 avant le réveillon de Noel. C’est la première fois que je ressens cette étrange sensation de virage, avancer en courbe et porter particulièrement attention à chaque pas engagé.

Jusqu’à maintenant, je me laissais scrupuleusement bercer par les vagues de mon entourage: joie, colère, angoisse ou euphorie ….mais sans aucune conviction. Depuis quelques temps, j’intègre mon corps à chacune de mes démarches. Il commence à faire froid par ici et le soleil dédaigne à se montrer . Peut être que c’est à l’origine de mes nouvelles sensations. Épicurienne dans l’âme, je n’ai jamais cessé de vouloir faire la fête: organiser et participer à des repas entre amis ou avec ma petite famille a toujours été pour moi une source d’excitation évidente. Se concerter pour l’achat des courses, le choix d’un bon vin et la sélection des morceaux de musique les plus festifs me procurais une satisfaction très communicative.

Aujourd’hui tout me coûte, je suis fatiguée à l’avance de tout cet engouement. J’ai recommencé à mal dormir et les quelques emplettes que j’ai effectué ne me réjouissent même pas. Je ne parle pas du choix de ma tenue de fête puisque ma prise de poids m’oblige à renvoyer au placard la majeure partie de mes robes et tenues un peu sexy. Je m’en fout un peu mais ça me rend blasée. C’est pas bien.

Oui, je n’en ai pas encore parlé mais j’ai du subir 4 poussées depuis ma cohabitation avec la SEP. La dernière, qui a eu lieu en janvier 2019, doublée d’une rupture amoureuse douloureuse, m’a fait prendre presque 7 kg. C’est rien mais c’est beaucoup pour moi. Je ne me reconnais plus trop. La cortisone à haute dose y’a pas mieux pour gonfler….. et malgré tous mes efforts, rien n’y fait pour retrouver mon poids de forme initial.

Tout le monde me dit que ce n’est pas grave mais je n’arrive pas à m’y faire. Peut être que si on me disait qu’on m’aime telle que je suis, cela me réconforterait.

A vrai dire, j’ai été agacée de ne pouvoir faire mes paquets de Noel. Le papier cadeau me glissait des mains, et je n’arrivais pas à tenir les ciseaux et le ruban pour effectuer mes nœuds. Du coup, tout est empaqueté « à l’arrache » pour Noel. Ça ne me ressemble pas.

Et puis, j’ai déjà fait deux sorties entre copines où tu bois un verre de vin, tu marches 100 mètres et tu n’attends plus qu’une chose, c’est rentrer t’allonger et te reposer. A 21h je clignais des yeux et après le premier verre de vin, je me suis sentie « partir. » Depuis ce jour (avant hier), ‘j’ai des crampes atroces dans les jambes. Je passe Noel en famille ça devrait bien se passer, mais le jour de l’an ? Tout mon entourage sait que je vie avec ma SEP mais je me sens comme un boulet devant eux.

Je vais aller m’allonger et écouter de la musique très fort afin d’avoir un semblant d’existence.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close